Contactez-nous 03 88 09 30 18 Par mail
 

                                      MORSBRONN-LES-BAINS : A VISITER
                                           ( cliquez sur les photos )

Découvrez les nouveaux parcours permanents autour de Morsbronn, ouverts depuis le 1er mars

 

Le musée de la bataille du 06/08/1870, dite « bataille de Reichshoffen » à Woerth

Armes, uniformes et documents sont présentés autour du tableau d’Édouard Detaille, évoquant la bataille de Frœschwiller-Wœrth dite « bataille de Reichshoffen ». Le musée est muni d'une tour d'où il est possible d'observer le panorama donnant sur Wœrth et le champ de bataille de 1870.

La bataille de Frœschwiller-Woerth (ou bataille de Reichshoffen) s'est déroulée le 6 août 1870 en Alsace, au début de la Guerre franco-prussienne de 1870. Elle est célèbre pour une série de charges de cuirassiers français (cavalerie lourde).

Il y eut deux charges : celle sous les ordres du général Michel à Morsbronn aux environs de 13 h 30 et celle de Bonnemains à Elsasshausen (hameau de Frœschwiller) aux environs de 15 h 30, toutes deux faces à la IIIe armée prussienne qui, avec ses cent-trente-mille hommes, avait un avantage numérique de trois contre un s'ajoutant à une supériorité du matériel.

Le sacrifice de ces hommes fut totalement inutile d'un point de vue militaire mais a été copieusement utilisé par la propagande, notamment pour la reprise de l'Alsace (par Hansi entre autres). Les survivants furent abondamment décorés. En 1870, un monument fut érigé au-dessus de Morsbronn à la gloire de ces héros. On peut lire sur ce monument « aux cuirassiers dits de Reichshoffen ».

http://webmuseo.com/ws/musee-woerth/app/report/index.html

Le sentier des Turcos à Woerth

Ce sentier circulaire rend hommage aux combattants des 2 camps de la bataille de Woerth-Froeschwiller.
Parmi eux, les « Turcos », les tirailleurs venus d’Algérie, alors colonie française.
Un circuit jalonné de tombes et monuments dédiés aux troupes françaises et allemandes présentes le 6 août 1870.

La Maison Rurale de l’Outre-Forêt

La Maison Rurale de l’Outre-Forêt est un ancien corps de ferme, aujourd’hui centre d’interprétation du patrimoine : un lieu vivant de découvertes du patrimoine alsacien et de ses arts et traditions populaires.
Les diverses collections présentées, illustrations de la ruralité dans la première moitié du 20ème siècle, ainsi que les animations, ateliers et expositions qui complètent la visite du site, invitent petits et grands à embrasser les multiples facettes de l’art de vivre régional : depuis l’architecture des bâtiments jusqu’aux traditions et savoir-faire de nos aïeux…
 http://www.maison-rurale.fr/

Le musée « Dieux, déesses et sanctuaires des Vosges du Nord » à Langensoultzbach

C’est dans une ancienne chapelle de l’église catholique que sont regroupées de nombreuses stèles dédiées essentiellement à Mercure, découvertes en 1844 lors de la construction de l’église du village, sans doute à l’emplacement d’un temple dédié à Mercure.
Cette exposition permet de découvrir la complexité de la religion gallo-romaine.

Le musée français du pétrole à Merkwiller-Pechelbronn

Inauguré le 9 mai 1967, le musée est géré par l’Association des Amis du Musée du Pétrole etl a pour but de conserver le souvenir de ce que fut pendant des siècles l’activité principale de tout le Nord de l'’Alsace.
Essentiellement constitué de documents, de photos, de maquettes, d’objets et de matériel pétrolier, le musée retrace 500 ans d’histoire du pétrole en Alsace du Nord.
Dès la fin du Moyen Age le paysan savait que la terre était imprégnée d'une substance huileuse.
Son extraction remonte à la première moitié du 18ème siècle et durera jusqu'en 1970.
http://www.musee-du-petrole.com/

Le Four à Chaux

Le Four à Chaux fut construit entre 1930 et 1935 par 800 ouvriers environ, principalement des étrangers. Le gros œuvre fut effectué par l’Entreprise Générale d’Orléans, tandis que les mécanismes comme les tourelles de tir ou le système d’aération furent réalisés par des entreprises spécialisées.
Le fort tire son nom d’un four à chaux qui fut en activité à proximité de la forteresse, jusqu’en 1939, et qui donna son nom à la région entourant l’ouvrage.
C’est également devenu le nom civil de celui-ci, son nom de code en temps de guerre ayant été A4.
Il fait partie des 108 forts de la Ligne Maginot, répartis sur 750 km de frontières.
Il appartient au Secteur Fortifié des Vosges.

Le Château de Fleckenstein à Lembach

Mentionné pour la première fois en 1174 au moment où Gottfried de Fleckenstein faisait partie de l'entourage de l'empereur Frédéric Barberousse à Haguenau, le château de  Fleckenstein a abrité six siècles durant la famille du même nom, parmi les plus influentes de Basse-Alsace.
Du rocher aux aménagements rudimentaires, il s’est transformé en château fort majestueux à la réputation de nid d'aigle imprenable, qui lui valut de servir de modèle pour le "château idéal" imaginé par l'architecte strasbourgeois Daniel Specklin en 1589.
Seules les armées de Louis XIV eurent raison de lui en 1689 pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg (ou Guerre de Neuf Ans).

La maison des Châteaux Forts des Vosges du Nord à Obersteinbach

La Maison des châteaux d’Obersteinbach se trouve au départ de nombreux sentiers de randonnée vers les ruines des châteaux forts du secteur. L’exposition présente des photographies sur les particularités architecturales des ruines, des cartes et un ensemble de vestiges exposés sur place : pierres taillées, carreaux de poêles, poteries.
Le jardin, le labyrinthe et le verger entourant la Maison sont ouverts au public et équipés de bancs, de panneaux thématiques et d’une borne interactive d’information touristique.
Les textes et légendes sont rédigés en français, en allemand et en anglais.

Le château du Hohenbourg à Wingen

Le Hohenbourg s'élève à 553 mètres d'altitude sur le sommet du Schlossberg, sur la commune de Wingen, près des communes de Fleckenstein et de Wissembourg. Il fut certainement édifié au début du XIIIe siècle par les Puller, une ancienne famille apparentée aux Fleckenstein composée de ministériels impériaux, vassaux des Hohenstaufen.
Dès 1267, ils prennent le nom de Puller de Hohenbourg.
Le château aurait été construit à la suite de nombreux partages familiaux entre les seigneuries Fleckenstein et Puller. Elles seront fréquemment en désaccord au cours des années suivant la construction de Hohenbourg. Le Hohenbourg est une des plus imposantes forteresses des Vosges du Nord. Le mélange d'architectures médiévale et Renaissance est splendide. La barbacane, relativement bien conservée, est une des plus belles d'Alsace.
Parmi les vestiges : la courtine avec ses blocs à bossage, le bastion d'artillerie, la porte Renaissance, le puits profond de 130 mètres...

Le château du Loewenstein à Wingen

Le château de Lœwenstein se situe sur la commune de Wingen et culmine à 520 mètres d'altitude, sur le sommet du Schlossberg. Edifié sous le règne de Frédéric Barberousse par les Loewenstein, parents des Fleckenstein. Passé aux mains de Rodolphe de Habsbourg en 1276, le château de Loewenstein sera remis en 1283 à Otton III d'Ochsenstein, neveu de Rodolphe.
Le château sera occupé par diverses familles. Il deviendra le repère de brigands, puis sera détruit en 1386 par Jean de Lichtenberg, allié aux Strasbourgeois.
Le château est classé au titre des monuments historiques depuis 1898.De nos jours, les vestiges sont minces.
Le visiteur s'attardera notamment sur l'imposant rocher sommital d'où la vue sur le Palatinat et la vallée de la Sauer est splendide.
http://www.chateauxfortsdalsace.com/chateau-du-loewenstein

MORSBRONN-LES-BAINS

Créé et référencé par Viaduc
Ce site est propulsé par Viaduc